Alexandre Reynaud

Avocat aux Barreaux de Paris et de New York et fondateur du cabinet TALMA.

Il exerce en arbitrage international et en contentieux des affaires.

Alexandre Reynaud a été conseil dans de nombreuses procédures arbitrales sous l’égide des principales institutions arbitrales (Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale (CCI), London Court of International Arbitration (LCIA), Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI), Cour Commune et de Justice d’Arbitrage de l’OHADA (CCJA), Centre de Médiation et d’Arbitrage de Paris (CMAP), etc.) en particulier dans les secteurs de l’aéronautique, de l’énergie, de l’hôtellerie et de la construction.

Il siège également comme arbitre. 

Alexandre Reynaud a développé une expertise pointue en matière de procédures judiciaires en soutien à l’arbitrage (désignation et récusation d’arbitres) ou postérieures à l’arbitrage (recours en annulation, recours en révision, tierce-opposition, exequatur) ainsi qu’en matière d’exécution de sentences arbitrales contre des personnes privées ou des États étrangers (loi Sapin II).

En plus de sa pratique en droit de l’arbitrage, il intervient très souvent comme conseil, en France et à l’étranger, dans des contentieux complexes concernant des litiges commerciaux ou le droit des sociétés.

Alexandre Reynaud a commencé sa carrière au sein du bureau parisien d’un cabinet international. Il a ensuite participé à la création d’un cabinet d’avocats d’affaires de premier plan dédié à la résolution des litiges internationaux, en tant que collaborateur avant d’en devenir associé. 

Il est diplômé de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (M2 Droit international privé) et de l’Université Cornell (NY) (LL.M.) et travaille indifféremment en français et en anglais. 

Alexandre Reynaud est identifié parmi les meilleurs avocats de sa génération en arbitrage par les classements internationaux : 

  • Legal 500: International Arbitration – Next Generation Partner, depuis 2021
  • Legal 500 2022 : « Alexandre Reynaud [is a] remarkable specialist in the field of international arbitration. [He] distinguish[es] [himself] by [his] personal involvement, thoroughness and responsiveness ».
  • Décideurs : « Excellent » – Arbitrage international, depuis 2021
  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders, depuis 2018
  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders 2019: « Alexandre Reynaud is ‘a dedicated practitioner who is very well versed on the legal side’, according to sources who note, ‘He works tirelessly for clients and never leaves a stone unturned’ »
  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders 2020: « Alexandre Reynaud comes highly recommended, with sources calling him a ‘very good strategic thinker’ with a ‘strong commercial sense’. He is further commended for his ‘analytical and technical skills’ ».
  • Best Lawyers : Arbitration and Mediation (France) et Litigation (France), depuis 2021
  • Euromoney Expert Guides : « Rising star » – Commercial Arbitration France, depuis 2018
  • Jeune Afrique 2020 : Top 100 des avocats d’affaires les plus influents en Afrique

Parmi ses dossiers les plus récents : 

  • conseil d’un groupe aéronautique français dans trois arbitrages relatifs à un contrat de licence (montant en litige : 75 millions d’euros, droits français et new yorkais, procédures ad hoc Paris et CCI New York, procédure en langue anglaise) ;
  • conseil d’une société pétrolière publique d’Afrique centrale dans un arbitrage contre un courtier pétrolier concernant la résiliation d’un contrat pour la fourniture de produits pétroliers (montant en litige : 134 millions de dollars, LCIA Londres, droit français, procédure en langue française) ;
  • conseil d’un groupe aéronautique français contre une société américaine spécialisée dans les hautes technologies dans un différend relatif à la fourniture d’équipements aéronautiques (montant en litige : 100 millions de dollars, droit suisse, CCI Genève, procédure en langue anglaise) ;
  • conseil d’une société pétrolière publique d’Afrique centrale dans un arbitrage contre une société pétrolière française concernant le recouvrement de coûts pétroliers (montant en litige : 43 millions de dollars, CCI Paris, droit français, procédure en langue française) ;
  • conseil d’un groupe aéronautique français dans un litige relatif à la rupture brutale des relations commerciales avec un sous-traitant (montant en litige : 3 millions d’euros, droit français, Tribunal de commerce de Paris) ;
  • conseil d’une société belge dans le cadre d’un recours en annulation contre une sentence arbitrale relative à un conflit entre actionnaires portant sur plusieurs projets immobiliers (montant en litige : 3 millions d’euros, procédure ad hoc) ; 
  • conseil d’un groupe hôtelier français dans l’exécution en France d’une sentence arbitrale CCI à l’encontre d’un État d’Afrique de l’Ouest.