Marina Matousekova

Avocat au Barreaux de Paris et New York et associée du cabinet TALMA.

Marina Matousekova exerce en arbitrage et contentieux international.

Marina représente des entreprises françaises et internationales ainsi que des entités publiques dans des procédures d’arbitrage ad hoc ou institutionnelles (notamment sous l’égide des Règlements CNUDCI, CCI, LCIA ou CIRDI) et dans des contentieux commerciaux impliquant des questions de droit international privé ou public.

Elle intervient notamment dans les secteurs de l’énergie, de la construction, et de l’aéronautique, ainsi qu’en matière d’investissements et de litiges entre actionnaires.

Marina siège régulièrement comme arbitre.

Avant de rejoindre TALMA Dispute Resolution, Marina a dirigé le département arbitrage et contentieux international du cabinet franco-italien Castaldi Partners de 2019 à 2022. Elle auparavant exercé au sein de l’équipe d’arbitrage international de Shearman & Sterling LLP à Paris et Milan entre 2011 et 2018, et au sein du cabinet Castaldi Mourre & Partners de 2005 à 2010.

Marina a été élue Co-Chair d’ArbIt, le forum italien de l’arbitrage et des MARC, pour les années 2022 et 2023.

Marina est membre du Comité éditorial de la Revue de Droit des affaires internationales et d’un Groupe de travail sur les contrats internationaux.

Elle a été assistante de recherche pour l’Italie sur le Projet de Guide pour la Convention de New York (www.newyorkconvention1958.org).

Marina parle couramment le français, l’anglais et italien et a une bonne maîtrise de base du slovaque, du tchèque et du russe.

Marina Matousekova est identifié parmi les meilleurs avocats de sa génération en arbitrage par les classements internationaux :

  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders, depuis 2020
  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders 2022: “Ms Matousekova is a very dedicated advocate with a long vision for cases”, “Marina is a tireless fighter in arbitration cases”, “She is an excellent advocate”.
  • Who’s Who Legal – Arbitration Future Leaders 2020: “Marina Matousekova is ‘very responsive and highly skilled’ when handling international arbitration proceedings according to peers, who commend her ‘no non-sense pragmatic approach’”.
  • Who’s Who Legal – Construction Future Leaders, depuis 2019
  • Legal 500 2022 : « Marina Matousekova est très brillante et très calme sous la pression ». L’équipe dirigée par Marina a été considérée comme une équipe d’“avocats […] expérimentés, compétents et pleinement engagés”, “très douée pour gérer la complexité en termes de juridictions différentes, de questions de procédure et de faits. La communication avec les clients [a été évaluée comme] la meilleure possible en termes de partage de stratégies et de tactiques et d’évaluation des avantages et des inconvénients de toute décision à prendre par les clients”.
  • Best Lawyers – Arbitrage et Médiation, France, depuis 2021.
  • Top Legal 2019, Italie : Marina a été sélectionnée selon le classement de TopLegal parmi les cinq finalistes de la catégorie “Meilleur Professionnel de l’année en Arbitrage” en 2019.

Parmi ses dossiers les plus récents :

  • conseil d’une entreprise anglaise du secteur de l’énergie et de sa filiale de droit congolais dans un arbitrage CCI relatif à un investissement pétrolier au Congo (montant en litige : plus de 200 millions de dollars, CCI Paris, droit anglais, procédure en langue française).
  • conseil d’un leader européen de la construction dans la procédure en annulation d’une sentence rendue à Paris en faveur d’une entité publique d’un Etat d’Europe de l’Est (montant en litige : 20 millions d’euros).
  • conseil d’un groupe multinational leader du secteur automobile dans un litige précontentieux l’opposant à ses partenaires iraniens du fait de la suspension de leurs accords de joint-venture à la suite de la réintroduction des sanctions américaines (montant en litige : plus de 500 millions de dollars);
  • conseil d’un entrepreneur EPC italien dans un arbitrage CCI initié par un sous-contractant relativement à la construction d’une usine de production de polyéthylène de basse densité en Slovaquie (montant en litige : 30 millions d’euros, CCI Londres, droit anglais, procédure en langue anglaise) ;
  • conseil d’une société française de transport & logistique dans un arbitrage CCI initié par un actionnaire africain relativement à l’acquisition des actifs d’un groupe en faillite (montant en litige : 19 millions d’euros, CCI Paris, droit OHADA, procédure an langue française) ;
  • conseil d’une entreprise américaine dans un arbitrage CCI relatif à la violation de ses droits de propriété intellectuels sur un logiciel à usage médical (montant en litige : 50 millions de dollars, CCI New-York, droit de l’Etat de New-York, procédure en langue anglaise).
  • conseil d’un État nord-africain dans un arbitrage ad hoc introduit par un opérateur de réseau de téléphonie mobile sur le fondement de prétendues violations d’un traité bilatéral d’investissement (montant en litige : plus de 2 milliards de dollars).
  • représentation d’un État africain dans un arbitrage CIRDI relatif à l’introduction d’une taxe sur les profits pétroliers exceptionnels et à l’interprétation de certaines stipulations contractuelles d’un contrat de partage de production comme clauses de stabilisation (montant en litige : 3 milliards de dollars, CIRDI, droit de l’Etat africain, procédure en langue française).